Ablf logobanniere

  • Accueil
  • Lettrure
  • Lettrure 3
  • DOSSIER THÉMATIQUE « CO-CONSTRUIRE LE RAPPORT À L'ÉCRITURE »

Dossier thématique «co-construire le rapport à l'écriture»

Coordination: Patricia Schillings, France Neuberg, Anne Godenir

© ABLF ASBL 2013 - ISSN: 2294-7183

PDF du cadrage

Cadrage thématique proposé dans l'appel à contribution

Pour Barré-De Miniac, Cros et Ruiz (1993, p. 27), le rapport à l'écriture ne désigne ni l'écriture elle-même, ni les compétences et performances en la matière, mais une liaison d'un sujet à un objet. Ce rapport nait de colorations multiples, conscientes ou inconscientes, qui dirigent le sujet et le mettent en liaison avec l'écriture. Ce concept englobe la manière dont l'élève investit l'écriture d'un point de vue affectif, ses opinions et attitudes à l'égard de celle-ci, de même que les conceptions qu'il a développées à propos de l'écriture et de son apprentissage, en particulier la façon dont l'écrit est conçu comme une transcription ou une construction de la pensée.

Dans le dictionnaire des fondamentaux des didactiques (Reuter, Cohen-Azria, Daunay, Delcambre & Lahanier-Reuter, 2010), le concept de rapport à est assimilable à un contenu d'enseignement au même titre qu'un comportement ou qu'une attitude. Ce serait donc le rôle de l'école d'amener les élèves à construire ce rapport à qui favorise l'apprentissage.

Pour son troisième numéro, Lettrure a donc fait appel aux recherches en didactique de l'écriture qui prennent pour objet le développement d'un rapport positif à l'écrit sans pour autant esquiver la question des compétences. Sont également concernées les études s'intéressant aux significations de l'écriture construites par les élèves en amont et au-delà de l'apprentissage initial de l'écriture. Ce numéro s'adresse aux chercheurs qui observent les gestes professionnels favorisant le développement chez les élèves d'une posture d'auteur. En effet, une fois admis par tous qu'enseigner c'est étayer, c'est-à-dire non pas piloter les apprentissages ou organiser des transferts de savoirs, mais créer les conditions, le désir, de les co-construire, il reste à voir comment s'effectue ce qui est un accompagnement différencié du développement (Chabanne et Bucheton, 2002. p.19).