Ablf logobanniere

  • Accueil
  • Lettrure
  • Lettrure 2
  • Progression des connaissances lexicales et sublexicales à 5 ans et leur émergence en situation de classe

Progression des connaissances lexicales et sublexicales à 5 ans et leur émergence en situation de classe

Catherine Martinet, Madelon Saada-Robert, Edyta Tominska
Université de Genève

Citation : Martinet, C., Saada-Robert, M., Tominska, E. (2012). Progression des connaissances lexicales et sublexicales à 5 ans et leur émergence en situation de classe [en ligne] Lettrure, 2, 66-87. ABLF Asbl.

Disponible sur: http://www.ablf.be/lettrure/lettrure-2/progression-des-connaissances-lexicales-et-sublexicales-a-5-ans-et-leur-emergence-en-situation-de-classe

© ABLF ASBL 2012 - ISSN : 2294-7183

PDF de l'abstract / PDF du texte

Abstract
Français

Cette contribution s'intéresse à 1/ l'évolution, sur huit mois, des performances individuelles d'élèves de 5 ans obtenues à différentes épreuves psycholinguistiques et 2/ à celle des objets d'enseignement-apprentissage émergeant des interactions verbales entre l'enseignante et ses élèves dans deux séances de Dictée à l'adulte. L'hypothèse suggérée par cette recherche consiste à promouvoir le travail de composantes linguistiques très spécifiques – ainsi que d'autres composantes du savoir lire/écrire – dans une situation didactique dite complexe d'«entrée dans l'écrit».

Anglais

Progress of lexical and sublexical knowledge at 5 years and their emergence in classroom interactions

This contribution is interested in 1/ the evolution, over eight months, of individual performances of 5-year-old children in different psycholinguistic tests and 2/ in the evolution of teaching-learning objects appearing in verbal interactions between the teacher and her pupils in two sessions of Dictation to the adult. Our findings contribute to promote the teaching of very specific linguistic components – as well as other components of knowledge in complex learning "emergent reading/spelling" situations in early school years.

Les auteures

Catherine Martinet est chargée d'enseignement à l'Université de Genève – en Sciences de l'Éducation et à l'Institut Universitaire de Formation des Enseignants – et est membre de l'équipe de recherche PACES « Pratiques professionnelles et apprentissages en contextes d'enseignement spécialisé ». Titulaire d'un DESS de neuropsychologie et d'un DEA de psychologie expérimentale, elle soutient, en 2001, sa thèse de doctorat en psychologie cognitive sous la direction de S. Valdois et M. Fayol. Ces travaux ont porté sur les processus cognitifs en jeu dans l'acquisition de la lecture et de l'orthographe, et sur la dyslexie-dysorthographie développementale. Depuis 2002, ses recherches menées en Sciences de l'Éducation, dans les équipes de L. Rieben, M. Saada-Robert, S. Cèbe, et G. Pelgrims se sont orientées sur les outils didactiques et les pratiques d'enseignement de la langue écrite chez les élèves d'école primaire et sur les dispositifs qui sont les plus à même d'aider les élèves présentant une dyslexie à apprendre en contexte scolaire ordinaire ou spécialisé.

Madelon Saada-Robert est professeure retraitée en Sciences de l'Éducation à l'Université de Genève. Après son assistanat auprès des professeurs J. Piaget et B. Inhelder, sous la direction desquels elle a effectué une thèse de doctorat sur la résolution de problèmes chez l'enfant de 2 à 6 ans, ses recherches ont porté sur les microgenèses cognitives. Depuis les années 90, elle s'est consacrée à l'étude des apprentissages scolaires de la lecture/écriture chez le jeune enfant (4-8 ans), en collaboration avec le professeur L. Rieben. En partenariat avec les enseignants, ses recherches se sont orientées sur l'Entrée dans l'écrit, avec trois analyses conjointes : l'analyse de situations didactiques appropriées, l'analyse des stratégies de lecture et d'écriture des jeunes élèves et celle des gestes professionnels des enseignants, regroupés sous le label de «Guidage Interactif».

Ses recherches ont finalement porté sur les microgenèses didactiques par l'analyse des interactions enseignant-élèves lors de l'Entrée dans l'écrit.

Edyta Tominska a soutenu sa thèse de doctorat en Sciences de l'Éducation sous la direction des professeurs M. Saada-Robert et L. Filliettaz ; ce travail porte sur l'approche microgénétique des processus d'enseignement-apprentissage de la lecture-écriture, et il s'intéresse plus particulièrement aux jeunes élèves sourds dans un cadre scolaire bilingue (langue des signes/français). E. Tominska assume actuellement le poste de maître assistante dans le groupe de recherche TALES dirigé par le professeur S. Vanhulle où elle mène, en collaboration avec les membres de cette équipe, des recherches sur la construction des savoirs professionnels dans le cadre de la formation à l'enseignement primaire. Plus particulièrement, ces recherches s'intéressent à l'émergence de la professionnalité des futurs enseignants lors des stages, où s'articulent les apports académiques de la formation avec l'expérience de la réalité du terrain d'action pédagogique du stagiaire. La question principale porte donc sur la reconfiguration de ces savoirs hétérogènes dans une trajectoire subjective de l'étudiant alternant.