ablf_logo_web

  • Accueil
  • Lettrure
  • Lettrure 2
  • Influence des pratiques de lecture à haute voix d'enseignantes expertes sur le développement de l'habilité à faire des inférences d'élèves du préscolaire

Influence des pratiques de lecture à haute voix d’enseignantes expertes sur le développement de l’habileté à faire des inférences d’élèves du préscolaire

Marie Dupin de Saint-André, Isabelle Montésinos-Gelet
Université de Montréal

Marie-France Morin
Université de Sherbrooke

Citation : Dupin de Saint-André, M., Montésinos-Gelet, I., Morin, M.-F. (2012). Influence des pratiques de lecture à haute voix d'enseignantes expertes sur le développement de l'habileté à faire des inférences d'élèves du préscolaire [en ligne] Lettrure, 2, 22-49. ABLF Asbl.

Disponible sur: http://www.ablf.be/lettrure/lettrure-2/131-influence-des-pratiques-de-lecture-a-haute-voix-denseignantes-expertes-sur-le-developpement-de-lhabilete-a-faire-des-inferences-deleves-du-prescolaire

© ABLF ASBL 2012 - ISSN: 2294-7183

PDF de l'abstract/ PDF du texte

Abstract
Français

Cette recherche collaborative vise à comparer les pratiques de lecture à haute voix au préscolaire d'enseignantes expertes formées pour travailler la compréhension inférentielle et d'enseignantes expertes non formées à ce sujet, ainsi qu'à examiner l'influence de leurs pratiques respectives sur le développement de l'habileté de leurs élèves à faire des inférences. Selon nos résultats, toutes les enseignantes travaillaient les inférences. Cependant, leur façon de mener ce travail, comportant des différences notables, a influé sur la progression des élèves : ceux de trois des enseignantes formées obtiennent des résultats significativement supérieurs à ceux des trois autres enseignantes (dont une formée s'étant difficilement approprié le contenu de la formation). Ainsi, un travail sur les inférences pendant les lectures à haute voix n'assure pas la progression des élèves. D'autres facteurs importent : le choix d'œuvres de qualité, l'engagement des élèves dans les discussions pour co-élaborer le sens et l'étayage adéquat de l'enseignant.

Anglais

This collaborative research is an attempt to compare reading aloud practices of preschool expert teachers trained to work on inferences to practices of non trained teachers. The impact of their respective practices on the development of their students' ability to make inferences was also examined. According to our results, all teachers did work inferences. However, how the work was done had a significant effect on students' progression: three of the trained teachers' students had significantly superior results in comparison to other teachers' students' results (one trained teacher who found it difficult to assimilate training contents was among them). Therefore, a specific work on inferences only does not guarantee student's progression. There are other important contributing factors: choosing quality books, students' involvement in discussions in order to co-elaborate the text's meaning, and appropriate scaffolding from the teacher.

Les auteures

Marie Dupin de Saint-André est doctorante et chargée de cours à la Faculté des Sciences de l'Éducation de l'Université de Montréal. Ses intérêts de recherche portent principalement sur l'appropriation de l'écrit chez les enfants du préscolaire et sur les pratiques enseignantes susceptibles de soutenir cette appropriation. Sa thèse de doctorat concerne la lecture à haute voix en tant que moyen utilisé par les enseignants du préscolaire pour favoriser le développement de l'habileté des élèves à faire des inférences.

Isabelle Montésinos-Gelet est professeure titulaire à la Faculté des Sciences de l'Éducation de l'Université de Montréal. Ses recherches concernent la didactique de la langue écrite au préscolaire et au primaire. La place accordée à la littérature de jeunesse dans les pratiques d'enseignement est également un axe central de ses travaux, de même que le développement professionnel des enseignants. Son exploration des pratiques repose sur une approche ethnographique qui mobilise la photographie.

Marie-France Morin est professeure titulaire à la Faculté d'Éducation de l'Université de Sherbrooke et mène les travaux de la Chaire de recherche sur l'apprentissage de la lecture et de l'écriture chez le jeune enfant. Ses recherches se situent dans le domaine de l'apprentissage/enseignement de la langue écrite de la maternelle à la fin du primaire, tout en s'intéressant particulièrement à la période de l'entrée dans l'écrit (développement de l'orthographe, production de textes, rôle de la graphomotricité), et à l'impact de différentes pratiques pédagogiques sur le développement de la compétence à lire et à écrire en maternelle et à l'école primaire.