Association belge pour la littératie - Section francophone

Appel à contribution Caractères 65 : Littératie adulte

Il y a dix ans, dans le numéro 40 de la revue Caractères[1], Anne Godenir revenait sur 5 ans de collaboration entre le mouvement d’éducation permanente 
Lire et Ecrire et des centres de lecture publique au profit du développement des compétences en littératie d’adultes illettrés, c’est-à-dire  «toute personne qui n’a pas les aptitudes de base en lecture, écriture et langue orale, suffisantes pour faire face aux exigences de la vie actuelle » (2011, p 22). De son côté, Lire et Ecrire préfère utiliser l’expression d’analphabète fonctionnel, définie par l’Unesco en 1978, pour qualifier  une personne qui « ne peut se livrer à toutes les activités qui requièrent l’alphabétisme aux fins d’un fonctionnement efficace de son groupe ou de sa communauté et aussi pour lui permettre de continuer d’utiliser la lecture, l’écriture et le calcul pour son propre développement et celui de la communauté ».

Depuis 2011, date de la publication de l’article d’Anne Godenir, la situation de l’alphabétisation a changé, davantage encadrée par les pouvoirs publics, investie à partir de 2012 par la Commission Européenne qui réclame des résultats : « Pour un européen sur cinq, le monde reste difficile à lire : agissez maintenant »[2]. Ils seraient 10% de la population en Belgique francophone[3] à ne pas disposer des compétences de base en  littératie nécessaires pour utiliser l’écrit dans les  apprentissages et dans la vie de tous les jours, que ce soit en réception ou en production. Mais seulement 3184 engagés dans une formation chez Lire et Ecrire en 2020.

Outre l’importance du développement de ces compétences pour les adultes concernés, on peut aussi épingler l’effet que celles-ci ont sur les enfants et leur rapport au lire-écrire, dès lors que l’on sait l’importance de l’environnement familial sur l’apprentissage de la lecture[4], et donc sur le niveau de compétence en littératie de la population dans son entièreté. C’est la raison pour laquelle l’ABLF a voulu investir ce champ dans son 65ème numéro. 

Concrètement, les articles proposés rendront compte soit de témoignages sur des pratiques permettant de développer les compétences en littératie d’un public adulte, soit d’une réflexion sur les besoins de ce même public, soit encore d’outils et dispositifs susceptibles d’éclairer et d’alimenter les pratiques.

Le comité de rédaction attend les contributions pour le 8 janvier 2022 en vue d’une publication en avril 2022.
Les consignes rédactionnelles sont détaillées sur le site de l’ABLF : https://www.ablf.be/images/stories/ablfdocs/Consignes_redactionarticles.pdf

[1] https://www.ablf.be/caracteres/publications-2011

Voir également http://www.ablf.be/images/stories/ablfdocs/_Lettrure3_64.pdf

[2] Voir Bastyns, C., Godenir, A. & Mainguet, C. (2015). Institutionnalisation de l’alphabétisation des adultes en Belgique francophone : en quoi les politiques de l’emploi et la référence à l’employabilité ont-elles modifié le champ ? Dynamiques régionales, 2, 67-76.

[3] Projection obtenue, en l’absence d’enquête spécifique à la Fédération Wallonie-Bruxelles, par le croisement de résultats d’enquêtes internationales et de chiffres statistiques belges sur le niveau d’études, entre autres : Etat des lieux alphabétisation FWB 2014-2016 http://www.alpha-fle.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=d38c4905ce5217262e65e82fc27ab3908d3ff901&file=fileadmin/sites/alpha/upload/alpha_super_editor/alpha_editor/documents/8_EDL_2014-2016/EDL_2014-2016.pdf

[4] Dionne, A.-M., Saint-Laurent, L. & Giasson, J. (2004). Caractéristiques et perception de la littératie chez les parents ayant de faibles compétences en lecture et en écriture. Revue de l’Université de Moncton35(2), 131–154.

Les thématiques de nos prochains numéros
  • Caractères 66 (novembre 2022) : Savoirs langagiers
  • Caractères 67 (avril 2023) : Appropriation du nouveau Référentiel Tronc commun

Les détails et dates de soumission suivront. Varia bienvenus !

M comme la mer

Joanna Concejo,
M comme la mer,
ed. Format 2021

Par Brigitte Van den Bossche

Comme silencieux, une série de dessins se succèdent précédant la page de titre. Ils ancrent l’atmosphère dans laquelle baigne M comme la mer, ils incarnent d’emblée la signature de Joanna Concejo : inspirations photographiques, moments et souvenirs épars, émanations nostalgiques et mélancoliques, odyssée de l’âme humaine… Ces composantes se fondent et se confondent, elles arriment l’histoire, celle d’un garçon solitaire dont n’est dévoilée que l’initiale du prénom – c’est M. 

Roxane de Limelette

Psychologue, comédienne et lectrice, Roxane de Limelette a créé l’ASBL Boucle d’or en octobre 2017 et donne régulièrement des formations autour de la lecture avec les jeunes enfants. Depuis un an et demi, elle se rend dans deux classes maternelles d’une école de Molenbeek pour y lire des albums aux enfants de façon individualisée. Une approche qui se veut respectueuse des besoins, des désirs, du rythme et de la dignité de l’enfant. Une approche qui implique donc tout naturellement une reconnaissance et une valorisation des langues maternelles de ces enfants, berceau de leur identité, ancrage sécurisant et fondateur du développement du langage.

L'article au format PDF

Par Isabelle Mary et Emilie Darge

Le troisième article est proposé par Isabelle Mary et Emilie Darge, institutrices en 1re et 2e années primaires, avec la collaboration de Belinda Firmani, maitre-assistante à la Haute École Robert Schuman. Les deux enseignantes ont expérimenté l'utilisation du tableau blanc interactif pour découvrir avec leurs élèves l'album Tricycle d'Olivier Douzou. Leur objectif était d'exploiter au maximum les possibilités d'inférence qu'offre cet album. L'article commence par en décrire finement le contenu et ses possibilités d'exploitation. Le rapport texte-image y fonctionne dans un rapport de complémentarité qui oblige le jeune lecteur à faire des liens entre son expérience de vie et les indices fournis par l'illustration et le texte.
L'article rapporte fidèlement le contenu des échanges entre les enseignantes et les élèves lors de la découverte des différentes pages de l'album. Complété par l'apport plus théorique de Belinda Firmani, il souligne les bénéfices de l'usage du tableau blanc interactif dans la construction collective du sens. Favorisant l'interactivité entre l'enseignant et les élèves ainsi qu'entre les élèves, le TBI garde trace des interactions et offre une occasion aux élèves mais aussi aux enseignantes, de se familiariser à l'utilisation des outils numériques.

L'article en PDF

Par Nathalie Schmitz

Institutrice maternelle depuis une vingtaine d'années, principalement en classe transversale, j'interviens en tant que maitre de formation pratique dans la section préscolaire de la Haute École Robert Schuman. J'ai également enseigné en classe primaire, ce qui m'a permis de me rendre compte de l'importance de la continuité des apprentissages. Durant mon parcours professionnel, j'ai pu approcher différentes pédagogies, notamment la pédagogie Freinet dont je me suis inspirée et qui, dans le quotidien de la classe, engendre beaucoup de plaisir. Le dispositif présenté dans cet article est destiné à des enfants du cycle 2 de l'enseignement fondamental (3e maternelle et 1re année primaire).

L'article au format PDF

Partant du constat que pour de nombreux élèves du secondaire ou du supérieur, l'écriture est source de souffrance et d'anxiété, Patricia Schillings et Valérie Bluge, respectivement chargée de cours et chargée de recherche à l'Université de Liège, nous font l'écho de pistes méthodologiques d'enseignement et apprentissage de l'écriture développées au Canada sur la base des travaux de Donald Graves, professeur émérite à l'Université du New Hampshire. Selon lui, les difficultés qu'éprouvent les élèves trouvent leur source dans les premières années de leur scolarité, au moment où l'écriture est principalement utilisée à des fins d'évaluation, de vérification des acquis dans les disciplines, de maitrise des genres et de l'orthographe. Rien d'étonnant dès lors à ce que la plupart des élèves ne découvrent ni le pouvoir de l'écriture, ni ses fonctions réflexives. L'école peut pourtant devenir un lieu où les élèves découvrent leur voix d'auteur. Ces pistes méthodologiques, aujourd'hui traduites et accessibles au monde francophone, conjuguent l'enseignement explicite de stratégies d'écriture et les principes issus du courant didactique des ateliers d'écriture ciblés sur le plaisir, l'émotion, le développement d'une posture d'auteur et le partage des productions. Il s'agit d'une approche intégrée de la langue dans laquelle les quatre compétences de base (savoir lire, savoir écrire, savoir écouter et savoir parler) sont indissociables.

Les deux auteures rappellent les enjeux et les principes de l'enseignement explicite avant de détailler la structure des ateliers d'écriture mis en place en 1re année primaire, une pratique quotidienne soutenue par des échanges individualisés avec l'enseignant et des échanges entre élèves à propos de leurs écrits.

L'article complet en PDF

Leïla Louahed

À partir du constat de la lenteur du développement des compétences langagières d’apprenantes en alpha, cet article propose une articulation entre la gestion mentale, l’approche interculturelle et la boucle de littératie issue de l’approche neurolinguistique. L’autrice documente son cheminement visant autonomie et participation des apprenantes, et montre que ces trois approches humanistes partagent des valeurs et pratiques qui se renforcent mutuellement.

PDF de l'article

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Ok