Association belge pour la littératie - Section francophone

Appel à contribution Caractères

Après un numéro 62 (novembre 2020) consacré à la littérature au secondaire, nous attendons vos propositions de contribution pour le numéro 63 (avril 2021) consacré aux albums sans texte. Et nous annonçons d’ores et déjà un numéro 64 consacré à l’écrit.
Vos propositions de Varia sont également bienvenues !

Caractères 63 : exploitation des albums sans texte

Dans les albums contemporains, « l'importance de l'image au regard de la narration devient si déterminante que certains ouvrages pour la jeunesse se composent exclusivement d'images sans texte et fonctionnent narrativement de manière efficace » (Prince, 2010 : 170). Pour qualifier ce phénomène, l’auteure parle d' « hypericonicité » (Ibidem). Citons quelques exemples d’albums illustrant cette singularité artistique : La porte (2008) de Michel Van Zeveren, Le code de la route (2010) et Quand j'étais petit (1997) de Mario Ramos, Trois chats (1990, 2015) d’Anne Brouillard, Loup noir (2004) d’Antoine Guillopé… Pour autant, « l’absence de texte n’implique pas l’absence de discours. Bien au contraire, nombre de ces ouvrages sont conçus dans une perspective pédagogique et sollicitent une énonciation. Les albums sans texte appellent une mise en mots de l’image proposée » (Van der Linden, 2006 : 49).

À quels usages et/ou à quelles fins didactiques ces albums aux qualités artistiques étonnantes peuvent-ils se prêter ? C’est à ces questions qu’un prochain numéro de la revue Caractères tentera de répondre.

Le comité de rédaction attend les contributions pour le 15 décembre 2020 en vue d’une publication en mars-avril 2021. Voir les consignes de rédaction.

Références bibliographiques

PRINCE, N. (2010). La littérature de jeunesse. Paris : A. Colin.
VAN DER LINDEN, S. (2006). Lire l’album. Le Puy-en-Velay : L’atelier du poisson soluble.

Un genre d'imagier

Anne-Emilie Philippe, ed. Actes Nord, 2018

Par Brigitte Van den Bossche

De prime abord, cet album a l’air d’un catalogue de formes simples, plutôt organiques et abstraites. Des Formes colorées qui semblent en suspension sur une surface blanche, pure, neutre. Associé à chacune de ces figures, un mot est inscrit verticalement en lettres majuscules sur le bord droit de la page. Il s'agit d'un nom commun, dédoublé de façon systématique : de genre masculin d'abord, il se féminise grâce à l'ajout d'une ou plusieurs lettres – coup.e / mandarin.e / roquet.tte / jumeaux.elles / poudrier.e...

Ce mot, on s'en rend compte au fil des pages, a été délibérément choisi par l’artiste pour l'altération de sa signification dès lors qu’il est féminisé. Autrement dit, le changement de genre induit une variation de sens, de contenu, d'acception.

Dès lors, ce qui apparaissait au premier coup d’oeil comme un catalogue de motifs élémentaires se métamorphose en un imagier complexe, à la portée fertile et d’une conception ingénieuse : une fois soulevée la page-volet comportant l'élément anodin, deux images « interprétatives » se déploient conjointement. Chacune d’entre elles est composée à partir de cet élément et l'une comme l'autre renvoient à une identification nominale propre. L’ensemble est en fait constitué d’une succession de triptyques qui cumulent effet de surprise, malice, subtilité et drôlerie ; une succession de tableaux qui exposent d'abord une forme imaginaire et un mot « genré », et révèlent ensuite leur déclinaison en deux compositions nuancées.

Un genre d'imagier joue avec les mots et et les images. Sa simplicité formelle, son substrat poétique, sa dimension ludique lui confèrent une belle originalité. Une particularité à souligner, d'ordre graphique : l'imagier fonctionne sur un mode de contrastes. La rigidité de l'inscription se frotte à l'aspect courbe et au coloris des formes (volet 1) ; la composition figurative contenue dans chaque triptyque tranche avec l'abstraction formelle du premier tableau.

Anne-Emilie Philippe signe un album construit avec intelligence et finesse, imprimé en risographie et relié « avec amour » - selon les dires de l'artiste figurant dans l'ours final. Un opus marqué par sa sobriété graphique rehaussée de huit couleurs distinctes, dont un rose fluo et un jaune éclatant.

 

 


Lire la suite

 

Par Nathalie Schmitz

Institutrice maternelle depuis une vingtaine d'années, principalement en classe transversale, j'interviens en tant que maitre de formation pratique dans la section préscolaire de la Haute École Robert Schuman. J'ai également enseigné en classe primaire, ce qui m'a permis de me rendre compte de l'importance de la continuité des apprentissages. Durant mon parcours professionnel, j'ai pu approcher différentes pédagogies, notamment la pédagogie Freinet dont je me suis inspirée et qui, dans le quotidien de la classe, engendre beaucoup de plaisir. Le dispositif présenté dans cet article est destiné à des enfants du cycle 2 de l'enseignement fondamental (3e maternelle et 1re année primaire).

L'article au format PDF

Note de lecture proposée par Graziella Deleuze

Jean-Louis Dumortier (coord.), Namur, Cédocef & PUN, 2009, Tactiques, n°5 (155 p.).

Avec des contributions de Daniel Delbrassine, Jean-Louis Dumortier, Claude Marion, Julien Van Beveren & David Vrydaghs.

L'article complet au format PDF

Cet ouvrage, composé de six articles, propose une réflexion théorique mais surtout pratique sur les récits de soi et sur la manière de les aborder en classe. Si les perspectives et les activités proposées  sont variées, les auteurs n’en poursuivent pas moins des objectifs communs: amener les adolescents à développer des compétences en lecture, à adopter une attitude critique face aux récits du genre, à mener une réflexion anthropologique.

Par Michaël Da Costa

La mise en réseau d'albums, c'est le défi que s'est lancé Michaël Da Costa, instituteur primaire fraichement diplômé de la HEB/Defré, pour structurer son approche de la littératie avec des élèves de troisième et quatrième primaire. Très pratique, il fait écho à l'article de Graziella Deleuze en nous proposant une description du dispositif qu'il a mis en œuvre dans le cadre de son travail de fin d'études, afin d'analyser avec ses élèves les différents rapports que peuvent entretenir le texte et les illustrations. Les quatre albums découverts avec les élèves sont Mon ballon de Mario Ramos, qui a permis une analyse de la redondance entre les textes et images ; Remue-ménage chez madame K de Wolf Erlbruch pour le rapport de collaboration ; L'Afrique de Zigomar de Philippe Corentin pour le rapport de disjonction et enfin Le code de la route de Mario Ramos, album sans texte qui a permis, via une activité de création de texte, la mise en pratique des savoirs acquis sur les différents rapports texte/image lors des lectures précédentes.
L'auteur décrit son dispositif en précisant le mode d'organisation (lecture/découverte en grand groupe, cercles de lecture, etc.) et en rapportant les questions qu'il a posées aux élèves ainsi que leurs réactions orales et écrites.

L'article en PDF

Par Roxane de Limelette

Je suis très heureuse que l’ABLF ait proposé à l’ASBL Boucle d’or de coordonner la rédaction de ce numéro de la revue Caractères autour de la lecture avec les tout-petits (0-5 ans).

L’ASBL Boucle d’or est née en octobre 2017 et a pour mission de soutenir et de promouvoir un accès aux livres pour tous les enfants, et ce dès leur plus jeune âge, en étudiant, proposant et accompagnant la mise en œuvre de projets culture-enfance centrés sur les livres. Elle s’inscrit dans la lignée d’associations françaises, telles que ACCES, initiatrice de ce type d’action il y plus de 40 ans, l’Agence Quand les livres relient, et bien d’autres.

​Il s’agit de sensibiliser les intervenants de la petite enfance et les familles au fait que les livres occupent une place primordiale dans le développement cognitif, psychologique, social et culturel de l’enfant, et de les guider sur la façon d’accompagner les premiers pas de l’enfant dans le monde de la littérature. L’objectif essentiel de l’association est ainsi de lutter contre les inégalités scolaires et sociales, inhérentes à l’absence de ces précieux objets culturels que sont les livres et la langue du récit, dans les premières années de la vie de l’enfant.

Au moment de rédiger ce numéro de Caractères autour de la lecture avec les tout-petits, nous sommes confinées chez nous et extrêmement préoccupées par les conséquences de cette crise sur les enfants, et plus encore ceux issus de milieux défavorisés. La fracture sociale et scolaire dont ils sont déjà victimes va plus que probablement se voir accentuée. Et ce n’est pas être devin que de le prédire ! Nous sommes sensibles au désarroi des parents de ces enfants qui, bien souvent, ont le souci que leurs enfants réussissent à l’école mais pour qui « faire l’école » à la maison est une tâche extrêmement compliquée. Sans oublier qu’à côté de cette préoccupation d’assurer un soutien pédagogique à leurs enfants, il y a parfois celle beaucoup plus urgente et pragmatique de simplement leur offrir un repas. Nous pensons à tous ces enfants, en devenir bilingues, qui ont la chance de parler une autre langue à la maison mais qui, durant cette période de confinement, sont coupés de leur langue de scolarisation, le français. Confinées chez nous, nous nous sentons bien impuissantes face à cette situation.
L’ASBL Boucle d’or a gardé le contact avec les enfants de deux classes maternelles dans lesquelles je vais lire tous les quinze jours depuis un an et demi. Ce contact se maintient via des capsules vidéo de lecture d’albums que j’ai réalisées pour eux. Cela a pu être mis en place grâce à l’engagement de l’institutrice qui s’est battue pour rassembler les parents sur un groupe wathsapp afin de ne pas perdre le lien avec ses élèves. Elle est parvenue à les réunir quasi tous.

Une lecture d’album à des jeunes enfants via un écran ! Nous sommes aux antipodes de ce que nous défendons depuis toujours corps et âme, et de ce que nous continuerons à défendre parce que c’est absolument essentiel avec de jeunes enfants : la rencontre ! Le tout-petit se construit dans la relation avec le monde et avec les autres, pas face à un écran qui le rend passif et souvent solitaire. Rien ne se fait sans l’interaction humaine. A l’instar de ce petit bonhomme de 24 mois qui, devant l’album Bon... de Jeanne Ashbé, s’écrie en pointant l’illustration : Oh une gu’enouille ! Ah oui, c’est une grenouille approuve sa grande sœur, et le petit bonhomme d’enchainer sur le ton de l’évidence Ah boui ! Et c’est via cette boucle rétroactive, cette boucle d’or, que l’enfant se construit, développe sa pensée, sa lecture du monde, ses aptitudes relationnelles et son langage. Passer par les écrans aujourd’hui est un pis-aller à utiliser avec prudence et réflexion. Ne l’oublions surtout pas !

Il va falloir être inventifs, il va falloir dégager des moyens, il va falloir faire une priorité d’aider ces enfants et leurs familles. L’ASBL Boucle d’or sera sur le terrain dès que possible. En attendant, nous sommes heureuses de partager avec vous ce numéro de Caractères autour des richesses essentielles qu’apportent ces moments de lecture partagés avec les jeunes enfants.

Bonne lecture !

Conférence introductive de la journée « Plan Lecture » organisée par la Fédération Wallonie-Bruxelles
La Marlagne, 30  avril 2019

Patricia Schillings, Graziella Deleuze, Soledad Ferreira, Marine André et Geneviève Hauzeur.

Je tiens tout d’abord à remercier le Service général des Lettres et du Livre, et plus particulièrement Laurent Moosen, de nous avoir confié la responsabilité d’introduire cette journée. Le soutien qu’il apporte à notre association marque la reconnaissance de la place que peut occuper une petite association telle que la nôtre dans le champ des acteurs de la lecture en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Pour aborder la problématique de l’engagement dans la lecture de 0 à 18 ans, je vous propose de commencer par le témoignage d’un lecteur adolescent adressé à son enseignant.

Le texte intégral de la présentation est disponible au format PDF.

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok