Ablf logobanniere

L'association

L'Association belge pour la lecture, section francophone, se veut un espace de discussion encourageant la coopération et la compréhension mutuelle entre les professionnels de l'éducation à la lecture – enseignants, travailleurs sociaux, formateurs, chercheurs, bibliothécaires, etc. Ce travail en coopération passe par l'échange de savoirs utiles à la résolution des problèmes liés à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, fondé sur un mode de pensée critique et non simpliste. L'ABLF a été fondée par Jean Burion en 1974. Elle est depuis sa fondation membre de l'ILA (International Literacy Association) et participe aux activités de son comité européen - l'IDEC (International Development in Europe Committee). Elle est membre fondateur de la FELA (Federation of European Literacy Associations) et a fait partie du réseau européen de littératie (Elinet), lancé par la Commission européenne en 2014.

Nos valeurs

Depuis sa création, l’ABLF a mis en avant des pratiques et des méthodologies d’enseignement de la lecture et de l’écriture permettant de promouvoir des valeurs d’émancipation des apprenants. Qu’il s’agisse de favoriser l’exercice d’une lecture, d’une pensée critique indispensable à la participation citoyenne ou de favoriser l’épanouissement personnel, l’ouverture aux cultures ou le développement d’un rapport personnel positif à l’écrit, l’association a toujours veillé à maintenir le cap.

En devenant l’Association belge pour la littératie, nous avons voulu montrer l’importance d’un tissage de la lecture, de l’écriture et de l’oralité. Nous avons cherché à rappeler le caractère continu du développement des compétences, qu’elles s’inscrivent dans une dimension communicative, réflexive ou créative. Ce faisant, nous avons également réaffirmé l’enjeu du français non seulement comme contenu d’apprentissage mais également comme vecteur d’apprentissage. En nous ouvrant vers l’enseignement de la littératie, nous avons ouvert la porte aux dispositifs d’enseignement de la langue des écrits scolaires, celle dans laquelle sont enseignés et expliqués les savoirs disciplinaires.

Enfin, diffuser des outils, des démarches didactiques ayant produit des effets objectivables ou qui, à l’échelle plus modeste d’une pratique réflexive, concourent à une appropriation efficace des écrits, constitue une piste, voire un principe éditorial clé si l’on choisit de promouvoir et de défendre un système éducatif plus équitable, moins producteur d’échec et d’exclusion.